Ateliers

RÉFLEXIONS SUR LA NOUVELLE PERSPECTIVE SUR PAUL

D. A. Carson

La Nouvelle Perspective sur Paul (NPP) n’est ni nouvelle, ni uniforme. Trois théologiens du NT sont les principaux protagonistes de cette tendance : E.P. Sanders, considéré comme l’un des pères de cette thèse grâce à son ouvrage intitulé : Paul and Palestinian Judaism (1977) ; James Dunn qui nous a légué l’appellation Nouvelle Perspective sur Paul et N.T. Wright qui est, de nos jours, le théologien le plus influent pour la propagation de ces idées dans le mouvement évangélique.

Malgré certaines divergences, les trois auteurs précités ont un point de départ commun. Ils affirment que l’apôtre Paul a été mal compris et sa doctrine mal transmise. Ils estiment que deux facteurs historiques ont biaisé la compréhension de la doctrine de Paul. D’abord, la controverse pélagienne du IVe siècle qui opposait Augustin et Pélage et, ensuite, les réformateurs protestants ont compris les écrits de Paul à l’égard du judaïsme à la lumière de leurs propres conflits avec l’Église Catholique Romaine au XVIe siècle.

Aujourd’hui, aucun ouvrage sur la théologie de Paul ou sur ses épîtres ne peut ignorer l’impact de la NPP et doit en tenir compte soit en acceptant les thèses, soit en les qualifiant soit en les rejetant.

FORMER LA PROCHAINE GÉNÉRATION POUR UN MINISTÈRE QUI HONORE DIEU

Jean Decorvet & Dominique Angers

Dans cet atelier, les intervenants s’intéresseront principalement à deux grandes questions : a) À une époque où l’on vise « l’efficacité à tout prix », quel type de responsables souhaitons-nous vraiment former ? b) Comment y parvenir ? Leurs regards croisés sur ces interrogations s’inspireront des lettres de Paul, de leurs expériences personnelles (passées en tant qu’étudiants aspirant au ministère, puis en tant que pasteurs ; présentes en tant qu’enseignants-formateurs et, pour l’un d’entre eux, en tant que directeur d’un institut de formation) et, enfin, d’exemples éloquents de formation tirés de l’histoire de l’Église, en particulier depuis la Réforme. S’ajoute une dimension culturelle non négligeable : à eux deux, les animateurs de cet atelier ont été formés dans cinq pays : la Suisse, les États-Unis, l’Allemagne, la France et le Canada.

L’Évangile face au découragement et à l’échec dans le ministère

Étienne Lhermenault & Éric Waechter

Après avoir dressé une typologie des motifs de découragement ou d’échec dans le ministère pastoral, nous nous intéresserons aux réponses communément apportées à ces situations de crise en vue d’évaluer quelle est “la part de l’Évangile” dans la manière de les accompagner. Pour cela, nous nous poserons tour à tour les questions suivantes :

  • Quelle est la part de mécompréhension de l’Évangile dans le découragement et l’échec dans le ministère ?
  • L’Évangile contient-il des exemples, des indications pratiques pour aider à surmonter ces temps de crise ?
  • Si oui, l’Évangile est-il suffisant pour se remettre sur les rails ou est-ce une solution parmi d’autres ? Pour le dire autrement, quelle place faut-il faire à la médecine, à la psychologie, à la relation d’aide ou aux sciences humaines dans de telles circonstances ?
  • Enfin, et d’une façon plus générale, quel est le message de l’Évangile pour ceux qui sont découragés ou en échec ?

LES JEUNES : MOTIVÉS PAR L’ÉVANGILE OU L’ACTIVITÉ ?

Pascal Herrmann & Samuel Boukorras 

Un même défi s’impose à tout responsable de jeunes : concilier attractivité et enseignement, ressourcement et mobilisation, fun et foi, local et global, proclamation et incarnation… Á la lumière de Luc 9, 3Jean, 1Jean 2, 1Corinthiens 12 et d’exemples pratiques vécus, nous évoquerons quatre questions : Quelle ambition spirituelle communiquons-nous aux jeunes ? Quel type de réussite prônons-nous ? Quel enseignement dispensons-nous ? Quel engagement chrétien encourageons-nous ? Après avoir évoqué certains dangers propres à ce ministère, nous proposerons des pistes d’articulation entre activité et Évangile, en rappelant la finalité du travail jeunesse.

Télécharger les notes de l’atelier [PDF]

LA THÉOLOGIE : SOCLE ET INSPIRATION POUR L’ÉGLISE ?

Roland Frauli & James Hély Hutchinson

La théologie n’a pas toujours bonne presse dans nos milieux évangéliques. Les croyants peuvent facilement avoir l’impression que la doctrine est un ensemble de réflexions abstraites qui les dépassent, réservées à des spécialistes. Ils ne perçoivent pas le rapport direct avec les problèmes pratiques qui les préoccupent dans leur Église locale ou dans leur vie de tous les jours. Ils saisissent encore moins la pertinence pour les gens auxquels il faudrait annoncer l’Évangile. La théologie biblique, tout particulièrement, n’est pas suffisamment connue, appréciée ou pratiquée dans nos unions d’Églises. Après avoir évoqué les diverses dimensions de la théologie, nous viserons à démontrer – à la fois pour la théologie biblique et pour la théologie systématique – (1) le caractère essentiel et pratique ainsi que (2) la portée inspirante et réjouissante de saines réflexions bibliques dans ces domaines.

Télécharger les notes de l’atelier [PDF]

QUELLES SONT LES CONSÉQUENCES DE  L’ÉVANGILE SUR NOTRE APOLOGÉTIQUE ?

Yannick Imbert  & Aurélien Lang

Comment l’Évangile, en tant que fil rouge traversant toute l’Écriture, transforme-t-il notre façon de “donner raison de l’espérance qui est en nous” (1 P 3.15) ? Comment la Bible, en transformant nos présupposés, nous donne-t-elle la possibilité d’une apologétique solide et pertinente dans notre contexte socio-culturel ? Dans cet atelier, nous explorerons les pistes théoriques et pratiques d’une apologétique centrée sur l’Évangile.

L’ÉVANGILE : PUISSANCE DE TRANSFORMATION POUR QUICONQUE CROIT ?

Reynald Kozycki & Philip Moore

L’Évangile est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit (Ro 1.16). Ce salut implique réconciliation, délivrance, affranchissement… Les épîtres aux Romains et aux Galates serviront de trame à cet atelier.

Nous nous arrêterons sur la nature de cet Évangile proclamant la justification et la rédemption accordées par grâce. Par la justification, nous recevons l’acquittement de nos fautes et la restauration de la relation avec Dieu. La rédemption dans l’union avec Christ rend possible cette restauration et permet aussi une transformation profonde dans notre nature par la vie de l’Esprit.

Concrètement, cela se traduit par une puissance de vie nouvelle qui apporte au chrétien un potentiel d’affranchissement face aux luttes intérieures, mais aussi dans nos relations  avec l’Église et avec le  « monde ». Nous méditerons dans la dernière partie sur les moyens de nous approprier cette puissance de l’Évangile dans notre vie chrétienne quotidienne, et sur les obstacles les plus communs auxquels nous avons à faire face.

UNE ÉGLISE POUR 10’000 HABITANTS : COMMENT PROMOUVOIR UNE MENTALITÉ DE MULTIPLICATION DANS L’ÉGLISE ?

Etienne Lhermenault & Daniel Liechti

Le Conseil national des évangéliques de France (CNEF) recommande à ses membres de faire de l’annonce de l’Évangile, surtout par l’implantation de nouvelles Églises, une priorité absolue. L’implantation de nouvelles Églises locales est motivée par le désir de rendre l’Évangile visible, concret et accessible partout.  Actuellement il y a en moyenne 1 Église pour 30 000 habitants en France, la cible proposée par le CNEF est de : 1 Église pour 10 000.

Une solide préoccupation pour l’évangélisation et la multiplication des Églises n’est cependant pas qu’une réaction optimiste et volontariste face aux besoins spirituels criants de notre pays. C’est l’expression normale d’une attitude spirituelle, d’une mentalité de multiplication qui témoigne d’une véritable maturité. Comment développer cette mentalité chez moi et au sein de mon Église ? Comment s’insérer dans cette stimulante et vaste vision “1 pour 10000” ? Comment se préparer pour pouvoir participer concrètement à une implantation d’Églises ? Cet atelier répondra à ces questions et à bien d’autres.

Télécharger les notes de l’atelier [PDF]

L’HOMME ET LA FEMME SELON LE DESSEIN DE DIEU

Claire Smith

Que pouvons-nous apprendre dans la Genèse sur la relation entre les hommes et les femmes et leur relation avec Dieu ? Que signifie le texte qui affirme que les hommes et les femmes sont créés à l’image de Dieu ? Cet atelier permettra de voir comment l’enseignement du Nouveau Testament sur l’homme et la femme s’enracine dans les trois premiers chapitres de la Genèse. Cet atelier est réservé aux femmes.

Télécharger les notes de l’atelier [Word]

LA FEMME DANS L’ÉGLISE : UNE CONTRIBUTION UNIQUE

Claire Smith

A partir des textes bibliques, cet atelier examinera la place et la contribution distinctive des femmes dans l’Église  et comment elles doivent participer activement à la croissance et à la maturité de celle-ci. Il sera également question des rôles et des responsabilités différentes confiés aux hommes et aux femmes  et comment  l’enseignement de l’Écriture s’applique à l’Église aujourd’hui.Cet atelier est réservé aux femmes.

Télécharger les notes de l’atelier [Word]

Chanter la foi ! L’Évangile, la musique et l’adoration.

Rob Smith

Pourquoi devons-nous chanter? Que devons-nous chanter? Quelle légitimité donne Dieu à la musique dans l’Église? Quelle importance revêtent les paroles de nos chants? Selon quels critères peut-on juger une mélodie? Il est difficile pour nous de trouver des réponses satisfaisantes à toutes ces questions, mais l’Écriture apporte un éclairage indéniable pour que responsables de louange, chefs de chœurs, musiciens, pasteurs et chrétiens puissent conduire les assemblées à adorer Dieu de manière appropriée et ainsi faire grandir l’Église.

Télécharger les notes de l’atelier [Word]

SURVIVRE EN COUPLE DANS LE MINISTÈRE

Tim & Kathy Keller

Question hypothétique d’un pasteur à son épouse :

Comment as-tu vécu ces vingt années de ministère dans l’Église ?

 

Réponse aussi hypothétique :

Je n’ai jamais envisagé de divorcer ou de te tuer. Mais j’aurais eu plus de facilité à trouver mon équilibre et à élever nos enfants si tu n’avais pas été là !

Le travail pastoral et les 35 heures ne font pas bon ménage ! Peu de couples sont préparés pour les contraintes du ministère car le pastorat ne peut être conçu comme un simple job mais est un véritable style de vie. Le ministère est chronophage. Même à la maison on n’échappe ni au téléphone ni au poids de la responsabilité, le tout accompagné par des émotions diverses. Souvent les choix engendrent des conflits de loyauté entre l’Église et la famille car choisir implique forcément la déception pour quelqu’un !

Tim et Kathy ont « survécu » en couple tout en élevant leurs enfants dans le contexte d’une implantation d’Église qui a connu une croissance phénoménale.

Comment l’ont-ils fait ?